Installer CapTVty sous linux Ubuntu 16.04 LTS

•juillet 11, 2016 • Laisser un commentaire

captvty02

Salut aux pianoteurs en tous genres, obsédés du clavier … et de ses dépendances !

Si comme moi vous avez définitivement abandonné  Windows comme système d’exploitation mais que vous adoriez utiliser le logiciel capTVty pour gérer le visionnage des émissions, documentaires, ou films, et leur téléchargement alors vous vous pensez soudain malheureux.

Que nenni l’ami ! Il y a moyen de s’en sortir assez facilement.

  1. On ouvre une fenêtre du terminal et on va procéder comme suit :
  2. Il s’agit de récupérer l’émulateur wine qui permettra de faire tourner une application windows (en .exe) sous linux.
    • sudo add-apt-repository ppa:ubuntu-wine/ppa -y && sudo apt-get update
    • sudo apt-get install wine1.8
  3. Sous Ubuntu 64 bits cela ne fonctionne pas correctement il faut donc repasser en 32 bits pour cette application. Taper donc :
    • export WINEARCH=win32
    • winetricks dotnet40
    • Une fenêtre internet va s’ouvrir pour vous permettre de télécharger le fichier « gacutil-net40.tar.bz2 » sur cette page http://www.mediafire.com/?v8rw5h1ra7maod4
    • Une fois le fichier téléchargé placez le dans /home/votrenom/.cache/winetricks/dotnet40
    •  winetricks dotnet40
      
    • N’installez que Dotnet et pas Mono 
  4.  Ensuite, on peut reprendre à taper
    • wget http://captvty.fr/getgdiplus -O kb975337.exe
    • wine kb975337.exe /x:kb975337 /q
    • cp kb975337/asms/10/msft/windows/gdiplus/gdiplus.dll .wine/drive_c/windows/system32
    • wine reg add HKCU\\Software\\Wine\\DllOverrides /v gdiplus /d native,builtin /f
    • winetricks comctl32
    • winetricks ie8 (inutile de redémarrer le système une fois Internet Explorer installé)
    • wget http://captvty.fr/getflash -O fplayer.exe
    • wine fplayer.exe -install -au 2
  5. Ensuite, téléchargez et décompressez le fichier ZIP de CapTVty que vous trouverez à cette adresse : http://captvty.fr dans le dossier de votre choix.
    Rester sur la partition où se trouve votre /home/ toutefois.
  6. Enfin, lancez Captvty.exe avec Wine (soit en tapant wine Captvty.exe, soit via la commande Ouvrir avec Wine du menu contextuel).
  7. Si cela ne marche pas vous pouvez tenter un :
    • rm -rf .wine_captvty
  8. Relancez et ça devrait fonctionner.

Par Fremen10

 

 

Biologie et géologie peuvent-elles expliquer les différences de richesse ?

•février 9, 2016 • Laisser un commentaire

Voyageurs du bout du monde à la recherche d’une explication pour tout, cet article est pour vous  …

Je suis professeur de sciences de la Vie et de la Terre au collège et souvent les élèves me répètent la même question : « Mais ça sert à quoi ce qu’on fait ? »
Et ma réponse est inlassablement la même : « Ça sert à vous donner des armes pour le futur. A vous aider à comprendre le monde qui vous entoure. »
En fait, parfois, je suis lassé et agacé et je réponds : « Pour toi, à rien du tout ! »

Forcément, il est évident qu’à moins d’avoir déjà voyagé autour du monde, pour se faire une idée globale de ce qu’est le monde, il est difficile d’appréhender ma réponse (La première hein! La seconde c’est déjà plus facile …). Comme le disait un célèbre moine Shaolin dans une série du XXème siècle intitulée Kung-Fu : « Un jour tu comprendras, petit scarabée ». Et bien ce jour est arrivé !

En effet, de plus en plus de jeunes gens essayent de vulgariser la science et de la rendre accessible au plus grand nombre. C’est dans ce contexte actuel que le jeune youtubeur de la chaîne Dirty Biology a produit un épisode qui illustrera parfaitement mon propos. Comment ces deux vastes sciences que sont biologie et géologie peuvent-elles nous aider à comprendre les différences de richesse entre deux pays.

Attention cependant, des sujets aussi complexes que celui abordé dans la vidéo ne peuvent pas être totalement expliqués par ces deux sciences en 20 minutes. Il s’agit d’un point de départ à une réflexion qui doit être plus vaste et interdisciplinaire.

Bon visionnage
Par Fremen10

 

P.S : Si vous êtes intéressé par ce genre de sujets voici un dossier très intéressant :
le climat, créateur de civilisations

Et si vous voulez aller encore plus loin :

Le soleil et ses effets sur notre environnement terrestre.

•février 9, 2016 • Laisser un commentaire

Salut à toi l’observateur du ciel étoilé, l’adorateur du soleil, le poète de la voute céleste,

Si tu as eu l’occasion de lire mon article précédent sur ce film mis en ligne par la NASA dont la star n’était autre que notre magnifique soleil tu nourris sans doute (en secret peut être) l’idée d’en savoir plus sur notre belle étoile qui nous nourrit de son énergie.

Et bien c’est exactement ce que se propose de faire cette conférence de Guillaume Aulanier, astronome à l’Observatoire de Paris-Meudon.

https://www.canal-u.tv/video/cerimes/le_soleil_et_ses_effets_sur_notre_environnement_terrestre.12566

Bon visionnage
Par Fremen10

Le soleil s’offre à vous …

•novembre 4, 2015 • Laisser un commentaire

Salut à toi, perdu dans tes rêves au milieu des étoiles,

Je t’invite à aller regarder notre étoile, le Soleil. En effet, la NASA a mis en ligne (sur son site et sur sa chaine youtube), depuis le 1er novembre, une vidéo ultra HD (4K) montrant l’activité solaire.


Grâce aux images captées par la sonde Solar Dynamics Observatory lancée en 2010, les scientifiques de l’agence spatiale américaine sont parvenus à montrer, avec une précision jamais atteinte, les éruptions solaires et les explosions de rayons X émanant du Soleil. La sonde Solar Dynamics Observatory capture des images toutes les 12 secondes. La vidéo de 30 minutes aura demandé 300 heures de montage.


Ça vaut franchement le coup d’œil et si vous avez la fibre ne vous privez pas de regarder cette magnifique explosion thermonucléaire en 4K … Les autres pourront se contenter d’une résolution en 720p ou 1080p (HD).

Bon visionnage
Par Fremen10

Petite histoire de notre relation à « l’or noir ».

•mars 7, 2015 • Laisser un commentaire

Salut à toi, la pétroleuse, le titilleur de pompe, l’utilisateur compulsif d’essence ou de gasoil.

Histoire de se mettre à jour sur le sujet, je te propose d’écouter les interventions du journaliste Matthieu Auzanneau, auteur du blog Oil Man : Chroniques du début de la fin du pétrole, sur France culture, cette semaine du 2 au 6 mars 2015.
Il y reprend les principaux épisodes de l’histoire de « l’or noir » :

Le pétrole : une histoire sans prix 1/5

Le pétrole : une histoire sans prix 2/5

Le pétrole : une histoire sans prix 3/5

Le pétrole : une histoire sans prix 4/5

Le pétrole : une histoire sans prix 5/5

Son intervention à France Culture s’est faite dans le cadre de la sortie de son ouvrage « Or noir ; la grande histoire du pétrole ».

Des premiers puits américains jusqu’à aujourd’hui, une relecture de l’histoire de l’exploitation pétrolière et, surtout, de la puissance financière qu’elle procure. On comprend alors mieux le phénomène de cartellisation, les accords secrets, la corruption et les guerres stratégiques pour pouvoir s’approvisionner de cette drogue qui fait tourner les sociétés modernes.

Si le sujet vous intéresse vraiment vous pouvez également regarder ce documentaire en deux parties passé sur Arte, il y a quelques années déjà.

1.La face cachée du pétrole : Le partage du monde

2.La face cachée du pétrole : Les grandes manipulations

Sur ce, bon week-end.
Par Fremen10

L’espèce humaine face à une urgence.

•avril 19, 2014 • Laisser un commentaire
Au crépuscule de l'espèce humaine ...

Au crépuscule de l’espèce humaine …

Salut à toi arpenteur du web, agriculteur bio, blablateur polyglotte, ou décideur politique (ici échoué),

C’est alors que le 5ème rapport du GIEC vient d’être publié sur les trois volets du réchauffement climatique (les causes physiques du réchauffement global, la vulnérabilité des écosystèmes et des systèmes socio-économiques et enfin les moyens de prévention et d’atténuation des effets du réchauffement climatique) et que la NASA s’inquiète d’un effondrement probable des sociétés industrielles que je te propose de comprendre simplement pourquoi notre système n’est plus viable.

Dans un premier temps, il est nécessaire de faire un tour d’horizon de l’ensemble des problématiques auxquelles l’humanité a à faire face si elle veut perdurer.

C’est ce que ce propose de faire  le film d’animation « Sans Lendemain », réalisé par Dermot O’Connor et produit par Incubate Pictures. Il aborde, de façon très pédagogique et accessible à tous, toute une série de problématiques liées à la croissance de notre système économique. Le réalisateur américain Dermot O’ Connor analyse de façon très pointue notre façon de consommer et synthétise les données sur les ressources énergétiques.

Ce film permet de mettre facilement en évidence la limitation des ressources fossiles et autres dans un monde fini, l’inanité du système économique actuel et le problème d’une population sans cesse croissante.

Une fois que l’on a vu cette petite vidéo il est évident qu’on ne peut rester insensible. On peut soit nier le constat qui est fait soit l’accepter et se demander comment est-il possible de changer tout ça. Et c’est d’autant plus difficile que nous devons de concert lutter contre le réchauffement global (les différents indicateurs pour les quelques sceptiques qui existeraient encore) et modifier nos sociétés en profondeur (l’un pouvant très bien s’accorder avec l’autre).

C’est dans ce cadre précis qu’il y a besoin de l’expertise d’énergéticien et je dirai même plus de personnes ayant une vision globale des systèmes complexes.

Dans sa conférence, Jean-Marc Jancovici met en évidence les problèmes de la double contrainte carbonée à laquelle nous devons faire face :

1 – Le relâchement de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.
2 – La dépendance de nos économies au charbon, au gaz et au pétrole surtout.

En ce qui me concerne je peux donner des pistes de réflexion sur la façon de faire face à ces problématiques.

  1. Consommer avec raison : Il faut moins consommer (que ce soit de la nourriture ou des biens) et consommer des produits ayant une plus longue durée de vie et utilisant moins d’énergie.
  2. Consommation de proximité : Il faut privilégier les circuits courts qui sont moins consommateurs de carburant et donc d’énergie.
  3. Production de proximité : Le point -2- implique une relocalisation des industries et d’une grande partie de l’agriculture.
  4. Maitrise de l’impact sur l’environnement : Ce sera évidemment une source de pollutions (industrielles et agricoles) et il faudra donc les soumettre à des lois très strictes les obligeant à produire de l’énergie (solaire, géothermique ou éolienne) par leurs propres moyens. Cela implique également  de sortir de l’agriculture intensive et de produire de façon plus écosystémique.
  5. Redéploiement des populations : La conséquence de tout cela sera un redéploiement géographique de l’ensemble sur la France et sur les autres pays permettant une meilleure répartition des populations et un épuisement moindre des sols, des nappes phréatiques et des ressources à la condition irrévocable de …
  6. Maitriser la population (mondiale) : Permettre la décroissance des populations en arrêtant les politiques natalistes et en subventionnant par exemple les deux premiers enfants dans une famille mais ne fournissant aucune aide financière dans le cas d’une liberté de choix assumée d’avoir un autre enfant. Cela entrainera inévitablement des réformes structurelles comme celle du financement des retraites en France.
  7. Il faut sortir de l’économie carbonée : Le point -3- obligeant les industriels à produire leur énergie avec des énergies renouvelables est un moyen de faire abaisser les coûts de production pour les particuliers qui pourront alors avoir accès plus facilement à ce genre d’équipements. Il est alors possible d’imaginer une production énergétique décentralisée et gérée par le système de smart grid. Sortir du nucléaire n’est pas envisageable pour l’instant ce qui ne doit pas empêcher de réfléchir à un moyen futur de remplacer nos centrales par des centrales utilisant les déchets (concerne les pays ayant des déchets en très grande quantité comme la France) d’une part ou d’autres centrales utilisant du Thorium (concernerait l’Inde par exemple).
  8. Séquestration du dioxyde de carbone : Il faut évidemment séquestrer le dioxyde de carbone de l’air en le réinjectant dans les nappes vidées de leur pétrole ou de leur gaz (cela nécessite de la recherche et du développement) et de reboiser de façon importante avec les essences appropriées pour que le dioxyde de carbone soit naturellement séquestré par les forêts.
  9. Maintient de la biodiversité : Cela permettra de redonner des espaces de vie à de nombreuses espèces en voie de disparition et de limiter l’acidification des océans qui nuit à la reproduction des poissons et à la bio-formation de carbonate de calcium (pour les coquilles) autrement appelé calcaire !

Bonne réflexion et bon week-end.

Par fremen10

Un web documentaire qui se veut libre.

•novembre 21, 2013 • Laisser un commentaire

noesunacrisis_LOGO_footerpartenaires_plat_m

Chères lectrices et chers lecteurs,

Je fais mon retour avec No Es Una Crisis, un excellent documentaire de Fabien Benoit et Julien Malassigné traitant de la situation politique et économique en Espagne dans le sillage du mouvement des Indignés.

L’intérêt de ce web-documentaire tourne autour du fait qu’il balaye tous les aspects de la « crise de 2008 » et de ses conséquences et nous invite à écouter des points de vue contradictoires et souvent dissonants de ce que vous avez l’habitude d’entendre.

« No es una crisis » propose une plate-forme interactive dont les quartiers de Madrid, aux noms évocateurs, sont le fil conducteur. Le quartier « mirage » confronte l’illusion du boom immobilier à une réalité où plus de 500.000 personnes, insolvables face à leurs crédits des banques, ont été expropriées depuis 2007.

Échappons nous à Valdeluz, ville aux gages futuristes et paradisiaques qui n’est aujourd’hui qu’un désert en béton abritant quelques centaines de familles et quasiment coupée du reste de l’Espagne. Cette ville, c’est le mirage espagnol, le mirage immobilier.

Écoutez cette vieille femme haranguer les citadins qui s’attardent distraitement devant le campement de « caja Madrid » et qui les enjoint à signer les pétitions contre les expulsions.

Prêtez l’oreille à ce que disent les journalistes qui tentent de dénoncer la situation ou plus simplement de faire leur travail. Il me semble que leurs propos font échos à ce que de plus en plus, en France, nous mettons en avant sur la classe politique et le monde médiatique. Le but n’est pas d’être parano mais bien de comprendre comment se font les rapprochements, quels sont les points d’achoppement de ces processus de convergence entre médias, politiques et grands groupes (industriels .. ou pas.).

L’autre intérêt de ce web-documentaire est qu’il est diffusé sous licence Creative Commons BY-SA, c’est à dire que les images, les sons et les sous-titres, sont réutilisables librement à condition de citer les auteurs et de conserver les œuvres dérivées sous la même licence.

Autant dire que les journalistes ont fait ici d’une pierre deux coups. Les puristes me feront remarquer que ce web-documentaire est sous flash, et donc sous un format propriétaire fermé. Qu’à cela ne tienne, les auteurs ont décidé de libérer totalement leur travail en faisant appel à la communauté (voir cet article [FR]).

Que ce soit au travers du fond ou de la forme, ce qu’il faut retenir c’est l’esprit combatif qu’il faut avoir, le fait de ne pas vouloir se résigner et de trouver des solutions.

Si nous voulons un autre futur il faudra bien que les peuples finissent par se prendre en main. Partout le modèle s’essouffle, partout ce sont les mêmes symptômes et partout une grogne qui monte. Il faut en faire une énergie positive et la canaliser pour produire le monde dans lequel nous voulons vivre et plus dans celui qu’on nous impose ! Cela nécessite une prise de conscience globale et un investissement de chacun.

Where there is a will there is a way !

Par Fremen10