Le pacte écologique : la conférence.

Bonjour tout le monde.

Comme promis je vais tenter de présenter la conférence de Nicolas Hulot et du pacte écologique pour le mieux.

Le pacte écologique
Cette conférence à tout d’abord commencé par les remerciements de Nicolas Hulot aux 700 000 signataires du Pacte Ecologique.
[flashvideo width= »320″ height= »240″ filename= »flash/Hulot.flv » returnpage= »http://fremen10.free.fr/wordpress/?p=50″ /]
Ensuite un film expliquant l’effet de serre, le climat avec la circulation des courants thermohalins. Revenant rapidement sur l’origine de la vie l’affranchissement du milieu aquatique et l’avènement de l’homme et de l’ère industrielle entrainant aujourd’hui les troubles que l’on connait : c’est à dire érosion de la biodiversité (l’Homme à fait disparaitre environ 50% des espèces) et le réchauffement climatique qui ne peut plus être contesté.
A la suite de cela Nicolas Hulot est revenu nous faire un discours :
Le bilan pour lui est assez dramatique au vu de ce qu’il a pu découvrir au cours de ses différents voyages.

La première chose c’est d’abord son impression d’être arrivé toujours au bon moment pour voir et apprendre ce qu’il appel « les civilisations reliques » comprenez par là des civilisations ayant un passé riche d’informations mais malheureusement condamné à disparaitre du fait de l’ignorance de l’Homme (je mets là un peu de touche personnelle).

Une seconde chose c’est effectivement cette érosion de la biodiversité, devenue évidente. Partout l’Homme défriche déboise, privilégie la monoculture intensive et fait par la même disparaitre un certain nombre d’espèces connues et d’autres encore non décrites par la science. Pour vous faire une idée allez faire un tour à cette adresse : http://www.arkive.org/
Il faut rajouter à cela une pêche déraisonné de certains pays qui entraine une diminution plus qu’inquiètante des ressources halieutiques (comprenez les ressources en poissons principalement). (ici un exemple français).

Une dernière chose, c’est bien la constatation que sur la planète les glaciers fondent à une vitesse importante conduisant à une élévation du niveau de la mer, que la banquise au pôle nord fond également condamnant par là même les bébés phoques et les ours polaires et influençant grandement la salinité de l’eau de mer diminuant ainsi la vitesse de descente des colonnes d’eau salée au pôles et affectant ainsi les courant marin.

Mon avis personnel en tant que biologiste et géologue de formation est que : Croire qu’on pourrait toucher un seul paramètre sans affecter les autres n’est que pure folie. Il est à savoir que les réservoirs de carbones sont répartis entre l’océan (et le phytoplancton) la végétation sur les continents, l’atmosphère et les roches.
Ces réservoirs s’équilibrent sur de millions d’années et imaginer pouvoir résoudre le problème du réchauffement climatiques en quelques dizaines d’années est utopique. Cependant ce n’est pas parce que la difficulté est grande qu’il ne faut rien faire.
Encore une fois je le répète ici : On ne peut pas être accuser d’être responsable lorsqu’on ne sait pas, par contre il serait criminel de ne rien faire maintenant que l’on sait.

A la suite de ces rappels qui ma fois me semblent obligatoires c’est installé une discussion entre une intervieweuse (navigatrice au long cour) et Nicolas Hulot, Hubert Reeves (Astrophysicien membre de la ligue ROC) et Edgar Morin (Chercheur au CNRS et à ses heures philosophe).
Ce que j’ai retenu de cette discussion tient dans ce qui suit (il y va de ma propre interprétation qui vaut ce qu’elle vaut).
Tout d’abord Hubert Reeves a pris la parole pour exposer à mon sens deux choses très claires.
  1. Il existe aujourd’hui deux hypothèses : Soit l’Homme continu ainsi et coure à sa propre perte. Soit il prend conscience qu’il est aujourd’hui au pied du mur et qu’il doit changer au plus vite son comportement et sa manière de penser (j’y reviendrai) auquel cas l’espèce humaine pourrait espérer survivre.
    Dans le premier cas ce ne serait pas si mal car la planète pourrait enfin souffler, et la vie sur la Terre reprendrai. Après tout ce scénario est assez sympathique pour ceux qui ont un profond dégout de l’humain aujourd’hui.
    Personnellement comme Hubert Reeves je préfère la seconde solution, car perdre comme il le dit si bien l’art, la culture et la connaissance serait une catastrophe. Et puis je crois en l’Homme.
  2. Et deuxièmement l’Humanité présente un avantage important : il s’agit de la compassion. C’est ce sentiment qui doit pouvoir permettre une utilisation et consommation raisonnées des différentes ressources, qui doit permettre de nous les partager équitablement contrairement à ce qui se fait aujourd’hui (là on sent un petit élan de gauche). C’est ce qui doit permettre de dépasser les clivages (culturels, politiques et religieux).
Là j’ajoute ma touche personnel car si on prend ce texte de manière brute on pourrait penser qu’il s’agit d’une pure utopie. C’est bien une utopie mais c’est aussi point d’horizon pour notre avenir. Il est là pour nous rappeler que nous ne pouvons plus continuer comme avant.
D’ici 50 ans il y aura environ 9 milliards de personnes sur TERRE. Peut on tous les nourrir convenablement? La réponse d’Hubert Reeves est nous devons essayé d’y arriver, il s’agit d’un défi à relever. Ma réponse est non ce n’est pas possible car la charge biotique de la planète (comprenez ce qu’elle est en mesure de fournir aux populations en terme de nourriture) est déjà trop importante ce qui explique la surproduction et la surpèche. Or tout cela a bien évidemment un impact. Je ne rentrerai d’ailleurs pas dans le sujet de l’eau car là on pourrait me traiter de catastrophiste. Nicolas Hulot essaye tant bien que mal de glisser par moment le mot de décroissance mais pas trop fort. Or c’est bien de ce sujet qu’il convient de discuter dès à présent.
La Terre n’est plus en mesure de renouveler les ressources énergétiques qu’on utilise actuellement, il est a rappeler qu’au delà du pétrole il y a également l’uranium qui n’est pas durable (environ 60 ans d’exploitation encore). D’ailleurs ce qu’oublie de préciser la société française d’énergie nucléaire, c’est qu’effectivement, les calculs sont réalisés sur l’utilisation actuelle du nucléaire civil or celui-ci va être amené à se développer en Chine et en Inde (et d’autres pays certainement) dans les années à venir de même que ça consommation augmentera aussi en corrélation avec la raréfaction du pétrole.
Ensuite il faut laisser le temps aux cycles biologiques de se faire, ceux-ci ont des durées bien différentes et nécessitent d’être connu et identifiés très précisément d’où une obligation d’investir dans la recherche. De plus il faut laisser du temps aux sols pour se régénérer et éviter les ajouts d’engrais chimique.
Contrairement à ce que pourrait penser nombre de gens nous vivons dans un monde fini il est donc important d’adapter notre mode de pensée et notre consommation à cette donnée très importante.
Je reviendrais donc sur quelques points soulevés dans le livre de Nicolas Hulot :
  1. Développer l’économie circulaire (cela semble aujourd’hui indispensable).
  2. Développer le recyclage du plus grand nombre de matériaux possible.
  3. Développer la recherche et l’utilisation des énergies renouvelables et non polluantes.
    Des mesures politiques incitatives pourraient très bien obliger les très grandes entreprises à s’installer à un endroit que si elles développent leur propre parc, éolien ou de cellules photovoltaïques, contribuant à fournir une part ou toute part de l’énergie nécessaire à leur bon fonctionnement. (Ajout perso).
  4. Développer les biocarburants et de paires les voitures hybrides.
  5. Réflexion sur la façon de sortir du tout pétrole. La taxe carbone est une idée intéressante mais pause des problèmes au niveau social.
  6. Une véritable éducation à ce que veut dire exploiter raisonnablement la planète.
  7. Nous ne pouvons actuellement pas sortir du nucléaire il faut donc orienter la recherche vers une consommation moindre d’uranium et réfléchir à un possible recyclage des déchets nucléaire. Il faut organiser une recherche collaborative internationale sur la fusion.
Enfin c’est Edgar Morin qui a pris la parole pour être à la fois le plus clair et le plus conceptuel (à mon sens encore une fois):
Il à parler de l’émergence d’un métasystème à l’intérieur d’un système obsolète (j’en voit bien deux : le communisme et le capitalisme), d’une métamorphose d’une réforme de la société et de sa manière de penser et de réfléchir; une sorte de gigantesque conscience humaine que j’appellerai pour faire court METACOGNITION. Il s’agirait d’une sorte de pensée supérieure, une conscience collective. Jusqu’à présent dans ma conception athée des choses il me semblait que cette place était réservé par certains à un être supérieur, un dieu ce qui les dégageait par là d’un certain nombre de responsabilités. Là ce ne serait plus possible car plaçant les religions à coté (dirons nous pour ne choquer personne) chaque prise de décision serait de notre responsabilité et chaque conséquence néfaste pour la planète serait de notre culpabilité. Je parle de religion mais les philosophies et la vision mécaniciste de Descartes (par exemple) a aussi conduit à ce modèle de pensée.
Je finirais par un proverbe indien:
Nous ne léguons pas la Terre à nos enfants, ce sont eux qui nous la prêtent…
Je vous laisse réfléchir.
Par Fremen10

~ par bioprof sur avril 4, 2007.

3 Réponses to “Le pacte écologique : la conférence.”

  1. Pensez-vous qu’il reste encore espoir?

    qu’est ce qui décidera enfin les gouvernements à agir? les entreprises à mettre leurs profits après la survie des espèces, de l’homme…?

    Je suis très pessimiste et très en colère!

  2. Je vais essayer de te répondre le plus sincèrement possible « la nymphette » à tes questions.
    Il est d’abord important de définir le cadre dans lequel on se place.
    Est-ce que j’ai de l’espoir pour la planète? Pour les animaux qui y vivent (et nous en sommes)? Pour un changement de comportement?

    Il faut y aller progressivement.
    Tout d’abord il faut bien se mettre dans la tête que la planète est parti pour changer radicalement, comment exactement c’est difficile de le dire. Les données concernant le Climat sont difficiles à utiliser de manière pertinente concernant une modélisation à grande échelle.
    Ce qui est sûr, c’est que nous épuisons nos ressources, que nous polluons la planète, que nous amplifions l’effet de serre, que nous surexploitons que nous faisons disparaitre un très grand nombre d’espèces. Cependant, nous en avons conscience ce qui n’était pas vraiment le cas il y a de cela une centaine d’années. La prise de conscience de plus en plus grande des gens est donc un espoir.
    Un espoir de quoi me rétorqueras-tu? Un espoir de les voir changer leur propre comportement vis-à-vis de notre planète. Un espoir sur un plus long terme de faire pression sur nos politiques pour qu’ils prennent des décisions.
    Lorsque cela arrivera vraiment alors nous pourrons avoir espoir que les comportements des entreprises (entités assez mystérieuses mais très pragmatiques dont le but est de faire des bénéfices quoiqu’il arrive)change.
    Oui mais il faut faire vite!! Me crieras-tu aux oreilles (pas si fort j’entends). OUI il faut faire vite mais là où j’ai peu d’espoir c’est que cela aille vite. Les mentalités ont une inertie très importante et ce seront nécessairement les générations futures qui auront la tache la plus ardue. Mon grand espoir est d’être prof de SVT et d’essayer de faire prendre conscience à mes élèves de la situation. Mon désespoir est d’en voir s’en foutre royalement (peut être se réveilleront-ils un jour).

    Personnellement je suis optimiste de nature, pour le coup plutôt réaliste quant aux conditions de vie futures, et également en colère contre ceux qui savaient, qui ont laissé faire voire tenter de désinformer la population. Pour ce qui est de la vie elle ne s’éteindra pas comme ça.

    J’ajouterai qu’il est important de garder espoir car cette épreuve sera sans doute un point marquant de l’évolution de l’espèce humaine si elle y survit.
    Nous avons évolués très rapidement (sans doute trop rapidement pour être capable de maitriser ce qui devait l’être), la science et les technologies avancent rapidement également. Il faut s’appuyer sur ces points positifs pour ce dire que tout est encore possible même si on part de loin.

  3. avec le peu de connaissances que j’ai sur tout ce qui a été évoqué ici je ne me permettrais pas ne serait-ce que d’entrevoir la moindre solution pour la société humaine telle qu’elle est définie actuelement. pourtant je sais qu’il existe un espoir que l’humanité survive mais je suis persuadé et je souhaite au plus profond de mon être que cette société disparaisse! « c’est inhumain! » me direz vous. m’en fout! offusquez vous de la pensée étroite d’un humain obtus. mais avez vous déja regarder en arrière?

    depuis plus de 2000 ans l’homme « moderne » pille la TERRE, et désormais il se targue d’avoir pris conscience de ses erreurs. en tout bien tout honneur il se permet de dispenser des conseils bien avisés aux pays en voie de dévelopement économique. c’est de la poudre aux yeux à mon sens! nous sommes au pied du mur c’est vrai! mais combien sont ceux qui voient le mur?
    ils nous a fallut 2000 ans pour comprendre que nous étions en train de scier la branche sur laquelle nous étions assis, combien de temps mettrons les chinois ou les indiens?

    qui va réparer les erreurs de nos ancêtres gaulois grecs ou romains? ce ne sera même pas nous et vous osez ésperez que ce soit vos enfants?
    pour ma part je suis résigné… je sais que quoiqu’il arrive je ne verrais pas cette inversion de tendance, bien que j’entrevois celle qui s’effectue dans les mentalités, je ne vivrais pas assez vieux quand bien même je le voudrais!

    je me permet juste d’espérer qu’un jour un Homme et une Femme neufs pourront reprendre possession de la TERRE et comme les indiens d’amérique, comme les Maoris, comme toutes les sociétés tribales vivotant actuelement à la surface de cette magnifique planète qui ont eu affaire a ce genre de crise, puissent vivre sans jamais prendre plus que qu’il est besoin. en effet les Indiens d’Amérique, les Maoris de Nouvelle Zélande etc ont subis les affres du manque du fait d’une surexploitation des denrées a leur disposition. et maintenant? je ne saurais jamais si il est possible de s’en sortir a long terme du fait des Magélans, Cook et autres Colomb et de leur rouleau compresseur appelé modernisme.
    par contre je sais qu’il est des sociétés évoluées qui ne s’en sont pas sorti a savoir les habitants de l’ile de Pâques…

    rassurez vous petits hommes! vous ne referez pas le monde! mais que ça ne vous empêche pas d’y croire dur comme fer… il parait que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir!
    je suis en vie….

    Marmotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s