Culture Metal

01011001.jpg

Salut à toi lectrice, lecteur

Particulièrement singulier ce début de billet me direz vous…

Je ne viens pas vous parler d’Arcelor Mittal mais bien de la culture musicale METAL.

Je les vois venir les non métalleux fans de musique populaire pour ne pas dire de variété française (à l’instar de notre magnifique-président-dieu-soleil). Ils vont me dire que le metal c’est que du bruit que ça n’a aucun sens et que c’est une musique de sauvage. Je ne pourrais alors leur répondre qu’une seule chose : Ayreon AYREON AYREON.

Mais qu’est-ce qu’Ayreon me direz-vous???
Il s’agit d’un projet créé par Arjen Anthony Lucassen, multi-instrumentaliste hollandais. On y retrouve principalement des influences heavy metal et rock progressif le tout mélé à des influences folk, classique ou encore électronique pour le dernier album. Il s’agit principalement d’albums concept classés sous le terme d’opéra rock du fait des lignes narratives et des dialogues chantés dans les différents morceaux. Il est d’ailleurs important de noter que si l’on ne comprend pas l’anglais les albums perdent énormément de leur intérêt.

Sur chacun des album, c’est pléthore d’artistes du monde métal qu’on peut retrouver et qui donnent le meilleur d’eux même pour un rendu incroyable.

Et l’album dont je ne peux m ’empêcher de vous parler est 01011001 :

Il s’agit d’un album incroyable composé de 2 CD (le premier est intitulé Y et le second earth) d’une durée d’1h45 environ. Aucun problème pour tenir la durée tellement c’est bon. Personnellement dès la première écoute je l’ai placé au niveau d’un Master of puppets de Metallica .

Tout débute sur la planète Y

Nous sommes plusieurs milliers d’années en arrière. Après une longue traversée spatiale, nous voguons à présent aux abords de la planète Y où se meure une race appelée « Forever ».

Sur le premier morceaux ce sont des sonorités aquatiques qui nous accueillent puis se mêlent rapidement des bruits de constructions sidérurgiques…donnant une atmosphère industrielle. C’est alors que l’électronique prend le relais jusqu’à un mur de guitares métalliques qui se dresse alors devant nous et nous dévie vers un « Age Of Shadows (incl- We Are Forever) » incroyablement beau et émouvant… Ce titre suffit à nous enthousiasmer pour l’album entier. Après un départ véritablement puissant, l’introduction laisse place à la sous-partie « We Are Forever » qui touche la sensibilité du plus grincheux des ours : Le duo Jonas Renkse – Anneke van Giersbergen rend palpable la détresse de la race « Forever » condamné pour l’instant à disparaître.

Le 3ème titre « Liquid Eternity » nettoie bien les esgourdes, on se prend à plusieurs reprises un mur de guitare qui nous transportent littéralement dans cette atmosphère si particulière. Les métalleux n’aimeront certainement pas le 4ème titre « connect the dots » qui me fait penser dans la première minute à de l’électro un peu gothique proche de Depeche mode, puis arrive un refrain particulièrement entrainant. On a le droit dans ce premier disque à de nombreuses envolées lyriques de plusieurs de ses nombreux invités (17 chanteurs différents en comptant Arjen Lucassen). « Planet Y » est globalement une grande réussite, mais il s’en dégage une profonde mélancolie et le tout se fini un peu mollement sans toutefois nuire à l’intégrité de ce premier disque


Seconde partie on the…: Earth

Les « Forever » sont condamnés mais ne sont pas sans idées : Ils vont parcourir l’univers à la recherche d’une planète pouvant accueillir la vie et y implanter les gènes permettant à leur espèce de renaître des milliers d’années plus tard, sous sa forme primitive… C’est ainsi qu’ils précipitèrent un énorme astéroïde contenant leur ADN sur la planète Terre (la voila notre crise crétacé tertiaire) et mirent en marche l’évolution de leur descendance : l’être Humain.

L’entrée en matière de Earth est elle aussi énorme avec un autre chef d’œuvre d’AYREON, un long titre de 10 minutes et 30 s, « The Fifth Extinction » qui nous entraîne doucement mais surement grâce à une petite rythmique de six cordes et une voix me faisant penser à Freddy Mercury, celle de Steve Lee. Avec Anneke van Giersbergen ils se chargent alors de nous envoûter calmement avant l’arrivée tout en puissance de Jorn Lande et Daniel Gildenlöw. Le titre prend alors une toute autre allure et c’est avec un Arjen plus brutal ainsi qu’une multitude de sonorités électroniques (très typées Actual Fantasy) que cette excellente composition nous prend aux tripes et nous achève avec un refrain d’Hansi Kursch véritablement magnifique. A noter également l’apparition de Derek Sherinian qui vient tâter du clavier et nous offre un solo très intéressant. Le violon de Ben Mathot est pour beaucoup dans la dimension sublime de ce morceau (j’ai juste à me laisser bercer).

L’évolution de la race humaine est un succès et les « Forever » regardent avec confiance l’avenir de leur progéniture… « Waking Dreams » est ainsi un petit bijou d’Electro-Emotionnel, sublimé par le chant majestueux du duo Jonas Renkse – Anneke van Giersbergen (déjà impériaux sur « We Are Forever »). Les 6min30 sont un vrai régal et l’enchaînement des soli claviers / Guitares de Tomas Bodin et Arjen Lucassen sont une totale réussite, tout comme le titre Pop/Folk « The Truth Is In Here » où l’on y découvre la voix magnifique de Liselotte Hegt et surtout, l’unique participation vocale d’Arjen qui n’a jamais aussi bien chanté.

Le titre « River Of Time » est quant à lui, l’occasion de profiter pleinement du talent d’Hansi Kursch, tout comme Tom S. Englund que l’on remarque moins, mais qui se montre pourtant irréprochable sur l’ensemble de ses lignes vocales.

L’histoire prend alors une tournure plus dramatique et nous parle de la technologie destructrice de notre civilisation et donc de la fin de l’humanité… C’est le sujet de « The Sixth Extinction » pièce de toute beauté et Apothéose finale du CD « Earth » qui nous offre 7 titres de grande classe. C’est aussi l’apothéose d’un album incroyable par sa richesse, sa complexité et sa production. Vous aurez compris qu’il est a écouter d’urgence.

Vous pouvez allez écouter quelques morceaux du dernier album ici.

Sources : Wikipedia, www.auxportesdumetal.com, http://metal.nightfall.fr,

http://www.arjenlucassen.com/ayreon/ay_index.html

~ par bioprof sur février 10, 2008.

3 Réponses to “Culture Metal”

  1. je ne dirais qu’une chose : merci !!!
    On ne parle pas assez du metal, que l’on confond allégrement avec le Heavy Metal ou le hard rock.
    Pourtant le genre est l’un des plus créatif qui soit. Des super groupes comme Ayreon ou des Originaux comme Opeth, Epica, etc meriterais bien plus d’attention de nos médias.

  2. Je suis bien d’accord avec toi… malheureusement on préfère encenser la médiocrité de nos jours!!

  3. Et bien pour dire, je ne connaissais pas trop le métal. J’aime bien découvrir de nouveaux styles musicaux qui sont différents de ce que j’écoute d’habitude. Je me suis donc dis, allez hop je vais écouter ça, tu m’en avais déjà parlé rapidement d’Ayreon et après avoir lu ton post je me suis mis en quête des albums d’Ayreon. Et bien que dire, c’est magnifique. La musique nous transporte littéralement, on est vraiment envouté, en bref j’adore, je vais donc me mettre à écouter les autres albums et aussi à découvrir ce style musical que je ne connaissais point ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :