Les portables me brouillent l’écoute…

Avant même de te saluer, chère lectrice, cher lecteur, je te souhaite une bonne et heureuse année.

Et comme le dit si bien Axl Rose sur son dernier Album, I’m sorry for you… I’m not sorry for me.

Le lecteur lambda se dit déjà : Mais pourquoi qu’il dit ça…

Le bloggeur lambda que je suis répondra qu’il en avait envie…

Bon… désormais, après cette entrée en matière légèrement capillotractée je te salue lectrice ou lecteur qui que tu sois, d’où que tu viennes, d’ici ou d’ailleurs, d’aujourd’hui ou de demain… toussa, toussa.

Ah oui au fait avant la lecture de ce billet et si tu ne l’a pas déjà fait, éteint ton portable s’il te plait sinon ça risquerai de m’énerver… et m’énerver ça pourrait m’énerver encore plus, c’est dire ma colère!!

Je m’en vais vous narrer une histoire qui prend ses racines dans un monde de légendes, une Terre lointaine peuplée de fées enchanteresses se baladant en déshabillé fort sexy… heu non rien à voir je m’étais assoupi… je parlais du collège et des petits merdeux que vous serez parfois amené à côtoyer si vous êtes prof, allez le devenir ou encore, êtes parent d’un adolescent de base sans option (vraiment aucune).

Imaginez vous un vendredi, dernier jour de la semaine (vous noterez que déjà psychologiquement c’est pas une journée facile) avec un temps maussade, aussi maussade que mon envie d’aller au boulot… monde de merdeuuuhhh ( Dixit Georges Abitbol, l’homme le plus classe du monde). Alors que la matinée s’en était allée bon an mal an, arrive l’après midi et la 4e1. Depuis le début de l’année on ne peut pas dire que ce soit ma classe préférée. En plus il faut bien recontextualiser… les 4èmes c’est que des enfants qui font leur crise d’adolescence. Vous avez des garçons totalement immatures voulant se rendre intéressants et des filles en pleine migration vers une sorte de pouffe attitude dont la seule vue d’un mâle dominant entraine gloussement et autres sons ou onomatopées indescriptibles.

Maintenant que tu entends mon désarroi, m’en vais te la narrer mon histoire.

Alors qu’on essayait de réfléchir à ce qu’il pouvait advenir du plancher océanique formé au niveau du rift… euh non je reformule. Alors que j’essayais seul et en vain de réfléchir à l’avenir du plancher océanique, un portable se met à sonner et une élève visiblement surprise et gênée tente en vain (elle aussi tiens) de trouver cet objet intempestif pour le rendre silencieux. Visiblement elle ne le trouve pas ce qui me fait monter en pression. Sans un mot, avec une sorte de regard froid et inquisiteur je plonge l’élève dans un embarras immédiatement visible sur son visage. Une camarade précédemment déplacée vient à sa rescousse pour faire taire ce p***** de portable. C’est à ce moment que j’aurais du me méfier. Comme je le fais en général, je me contente de demander l’extinction du dit portable (parfaitement inutile dans les mains d’un adolescent et qui plus est, qui perturbe grandement l’évolution de leur cerveau). Après tout personne n’est à l’abri d’oublier d’éteindre son portable.

Alors que je venais de terminer un schéma au tableau en reprenant un individu des plus odieux à maintes reprises je donnais aux élèves quelques exercices afin de répondre au problème et de vérifier nos hypothèses. Je me dirige donc tranquillement vers le fond de la classe où il règne depuis « l’incident portable » un silence de plomb. Il ne fallut pas quelques minutes (je dirais 5 maximum) pour que l’odieux suscité me montre sa bêtise (ouais je sais, il cumule celui-là). Cet imbécile donc, pensant sans doute être à l’abri de mon regard, a le portable dans la main gauche et tapote sur les touches de sa main droite.

ROGGNNTUUDDJJUUU!!! dirait Prunelle!! Je lance une sorte de cri primaire unidirectionnelle (Bien sur que c’est possible), faisant sursauter le bougre l’ignoble. Je ne suis pas peu fière de mon coup. Bien entendu il tente de ranger précipitamment l’objet. Je ne comprends pas comment ils peuvent penser qu’on puisse se faire berner alors qu’on vient de les prendre en Flag’. M’enfin, toujours est il que je le reprends dans la seconde pour qu’il me pose cet instrument de malheur sur mon bureau. Cet imbécile chronique fait alors l’innocent : Quoi? Comment? Quel portable?. ROOGGNNNTUUDDJJUU!! (bis).

Le prof : PAUSE MOI CE PORTABLE SUR MON BUREAU ET PLUS VITE QUE CAAAAAAAAA!!!!

L’élève: Ok Ok, je le fait tout de suite… euh je l’éteins d’abord!!

OOOOhh le vil, je le vois là, il vient de sortir le portable de son étuis et de le faire glisser dans son sac, il referme l’étuis, se lève et le pause (l’étui) sur mon bureau. J’attends qu’il se rassoit, je me met en branle du fond de la classe vers mon bureau. Je saisi l’étui, et me retourne vers l’élève en l’ouvrant. Il m’a vraiment pris pour un c**. Je suis véritablement vexé, entamé au plus profond de ma chaire!!

Le Prof : T’as tout gagné! Enlève la sim de ton portable et donne le moi, t’iras le chercher chez la principale.

L’élève: Mais non!!

Le Prof: Mais si!!

……Dans un soucis de confort pour le lecteur je ne réécrirais pas la succession de cet échange binaire….

Fin du cours, sonnerie… les élèves rangent leurs affaires, lui refuse toujours de me donner ce foutu engin de malheur. Je l’empêche de sortir alors qu’il s’est dépêché de ranger ses affaires devant moi. Visiblement il n’a pas l’habitude qu’on aille à l’encontre de ces désidératas. Pas de chance, je suis pas du genre à lâcher la bride. Par contre là il me gonfle, c’est la récré, j’ai des trucs à faire, je commence à trembler (signe d’un danger imminent pour l’individu qui me fait face). Puisqu’il tente de forcer plusieurs fois le passage pour partir, faut dire qu’il a terminé et qu’il veut rentrer le petit. EH ben non!! Je fais appeler le CPE. En général c’est ce qu’il faut faire dans une situation inextricable, appelé un tiers. L’élève remonte, le CPE ne peut pas venir (nanda?)… pas grave tu sortira pas mon coco!!

Au bout de 2 ou 3 minutes qui me semblent une éternité, il se décide enfin à me lacher son portable. La pression redescend. Je lui explique que maintenant il ira le chercher chez la principale et que je vais en plus lui coller un jolie rapport. Encore de la paperasse pour bibi et en plus pas de récré et je vais devoir prendre mes élèves en retard tout ça à cause d’un morveux. Nondidiou!!

Après rédaction du rapport, j’amène le portable à la principale qui ne semble pas surprise outre mesure. Elle me dit qu’elle va appeler de ce pas les parents et qu’ils viendront chercher le portable de leur fils.

Visiblement depuis un moment le petit jeu dans la classe serait d’appeler un de ses camarades pour qu’il se fasse engueuler ou confisquer l’objet du délit. Donc je serais désormais sur mes gardes.

Quant aux élèves pris en retard. J’ai été assez incisif dès le début du cours pour qu’ils comprennent qu’il valait mieux pas la ramener en cette dernière heure du vendredi.

Autant vous dire que j’ai bien profité de mon vendredi soir pour me détendre en écoutant de la musique hyper calme : Le dernier album de Sepultura, A-Lex, en écoute sur leur site. Finalement assez moyen cet album, faudra que je le réécoute dans de bonnes conditions cependant.

Par Fremen10.

~ par bioprof sur janvier 23, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :