Great gig in Bercy

Il y a des jours où tout est réuni pour que se passe un moment formidable.

Ce jour est arrivé ce mercredi 1er avril, jour du poisson… J’ai dû me retrouver bloqué durant trois semaines à la correction expresse des copies, le remplissage des bulletins, les conseils de classe, deux réunions parents-professeurs dont la dernière ce mardi. Alors, autant vous dire que j’attendais la délivrance avec impatience.

Un mercredi matin comme les autres… non pas vraiment car je suis plutôt détendu, je prends mes deux premières classes et tout se passe pour le mieux même si les élèves tenterons bien entendu de me mettre un poisson dans le dos (mais que nenni…).

C’est la pause, on discute, on attend tranquillement puis vient la sonnerie. Je vais chercher mes élèves et là ô surprise, une seule élève à l’appel. Ben merde alors… sont où mes 4ème???

Un surveillant ne tarde pas à venir me voir pour me glisser à l’oreille que quatre élèves se sont perdus en course d’orientation et que leur professeur est parti à leur recherche. Bon ben, je n’ai plus qu’à m’installer sur un des bancs dans la coure et profiter du soleil.

Une demi heure plus tard arrivent les élèves et leur professeur, ils partent se changer pendant que je discute avec mon collègue pour savoir quels sont les boulets à chambrer durant les 20 minutes de cours qu’il me reste à produire. J’ai finalement bien rigolé.

Quatrième et dernière heure de la matinée, quatre absents et pas des moindre, ce qui du coup m’aura permis de faire cours dans les meilleurs conditions. Quatre garnements vous manquent et toute votre heure est sublimée.

La journée (de boulot) est finie et plutôt que de rentrer chez moi j’ai bien envi d’aller manger à la cantine. Du coup par enchainement tenant de l’effet papillon je me suis retrouvé à jouer au tennis de table contre des collègues et des élèves. Une fois ce moment de détente consommé j’ai rejoint mon antre au plus vite pour me préparer au meilleur moment de la journée : LE CONCERT DE METALLICA.

Il n’y avait plus qu’à rejoindre mes camarades pour le périple automobile nous conduisant à Bercy. La mission première est de rejoindre le périphérique, ce qui une fois chose faite nous a permis d’admirer le trafic englué de la capitale (c’est pas humain). On est parti à 17H il est déjà 18H dans les bouchons et la porte de pantin est sur notre droite. Allez encore un petit effort et on va y arriver. Après 15 minutes c’est bon on y est. Sauf que voilà, il faut désormais trouver une place…

Le pilote qui nous sert de chauffeur décide d’aller se garer du coté de la Bibliothèque François Mitterand. Et une rue à droite, une autre à gauche, et hop la grande allée, argghh… la place qui vient d’être prise et il est déjà 18h30. Une autre incursion sur le boulevard, une remontée à droite… Oh nom de Zeus… une voiture là qui s’en va… marche arrière… manœuvre… On y est!!

On rejoint rapidement le POB, on fait une pause au stand T-shirt ce qui nous vaudra d’acheter… un T-shirt. On rentre dans la salle, où un obscure groupe nommé The Sword est déjà en train d’officier… sans grande sublime je dois bien le dire.

On descend les escaliers pour prendre nos places après un difficile repérage dans le noir de la salle. Même pas dix minutes d’écoulées et c’en est déjà fini de la prestation de The Sword. Il ne reste plus qu’à attendre Machine Head, furieux groupe de Power Metal aux relents thrashisant et progressif et au chant apparenté au -core (comprenez par là hurlé).

Voici la set-list :

  • Clenching the Fists of Dissent

  • Imperium

  • Halo

  • Slanderous

  • Descend the Shades of Night

  • Davidian

Autant vous dire que les boules quiès étaient fortement recommandées. Le batteur à produit un jeu hallucinant surtout que j’étais derrière juste dans l’axe. Un jeux à la double pédale monstrueux pendant qu’il cognait et breakait à qui mieux-mieux. Une fois fini leur très énergique prestation il ne restait plus qu’à attendre les « Four Horsemen » et rien n’est meilleur que de les attendre avec une bonne mousse.

A 21h05, le noir a enveloppé la salle et le show a débuté :

Tout d’abord l’entrée des Four Horsemen sur « The ecstasy of gold » d’Ennio Morricone.

puis c’est parti avec le titre That Was Just For Life et un show laser qui en jette un max.

Autant vous dire que le concert est parti sur les chapeaux de roues et que j’étais à ce moment quasiment acquis à la cause du groupe…  la set-list aura fini de me convaincre assez rapidement.

La voici :

setlist-image-v1

« That was just for life » titre du dernier album s’est enchainé avec un autre morceau de l’album Death Magnetic (dernier album en date), « The end of the line ».

hetfield

Une fois le second titre terminé, la lumière se rallume un instant pour entendre James Hetfield nous dire (en anglais bien sûr) qu’il allait jouer des titres du nouvel album mais également des anciens « Old Metallica’s Songs » et d’enchainer directement avec « Harvester Of Sorrow », sixième titre de l’album « And Justice For All… » puis « Disposable Heroe » titre thrash s’il en est, tiré de l’album Master Of Puppets (mon préféré pour tout vous dire). A ce moment précis du concert, le public se manifeste… Forcément cet album est une référence pour la plupart des métalleux… malheur à celui qui ne le connais pas!!

Et puisque les bonnes nouvelles n’arrivent jamais seules, un son bien particulier se fait entendre, un son de mitraillette… un son de guerre… des flammes surgissent au milieu de la scène… Putain!! C’est « One » le morceau phare de l’album « And Justice For All ».

Là c’était véritablement un grand moment… et un véritable show pyrotechnique qui a dû leur filé un sacré coup de chaud.

Puis de nouveau un morceau du dernier album : « Broken Beat and Scarred ».

La vidéo qui suit vous donne un condensé du concert de Metallica.

Franchement, ça déménage…!! Et après ça on a eut le droit à « Cyanide » toujours du dernier album avec son refrain ravageur « Suicide, I already die »… ça n’en sort pas de ma mémoire.

Arrive le moment tant attendu où ils vont jouer des morceaux du Black Album (leur album le plus posé sans doute). Il commence avec le terriblement efficace « Sad But True » reprit par la foule, puis arrive The Unforgiven morceau incroyablement beau.

Une fois ce moment de nostalgie passé on est reparti sur le présent avec « The Judas Kiss » et « The Day That Never Comes » dont je préfère vous mettre le clip qui retranscrit parfaitement l’idée du morceau.

Les gars sont à fond, le trio Hetfield, Hammet, Trujillo est terriblement bon et donne une véritable impression de puissance. Les guitares semblent se battre en duel… un duel qui procure un plaisir incroyable!!

trio

En parlant de puissance, voilà « Master of Puppets » qui pointe le bout de son Nez pour finir d’enflammer Bercy. Là on touche du doigt une sorte de communion du public avec ce poing levé de James au moment de scander « Master… Master of puppets i’m pulling your strings », c’est juste mortel!! Et ils enfoncent encore le clou avec « Damage Inc » dernier titre de l’album « Master of Puppets », furieusement furibard si je puis m’exprimer ainsi.

A la fin du morceau le noir se fait, Kirk change de guitare et quelques notes retentissent me laissant penser a un « Welcome home (sanitarium) » alors que ma voisine me souffle au creux de l’oreille que c’est la même guitare que pour « Nothing else matters »… ce sera « Nothing Else Matters ».

Le concert semble s’achever sur « Enter Sandman » autre titre du black album. Les quatre gaillards saluent la foule, puis sortent de scène. Et là débute le moment sans doute préféré des artistes où ils attendent qu’on les rappelle. Ils remontent sur scène et enchainent directement avec un bon vieux morceau de Motorhead « Stone dead forever » et un autre dans la même veine « Rock’n Roll survitaminé ».

Un moment de flottement, Lars s’est approché de la fosse et semble dire qu’il est l’heure pour lui d’aller se coucher… que nenni il ne faut pas deux minutes pour que Hammet envoie un bon gros riff de « Seek And Destroy » second titre de leur premier album « Kill’em all ». Des ballons tombent alors du plafond. Nos quatre héros musicaux shoot dedans pour les envoyer dans le public (Lars aura attendu de finir le morceau). Ils restent là distribuant par poignées les médiators, Lars envoyant ses baguettes… Ils sont visiblement heureux, nous aussi, ils profitent de ce moment de communion et figurez-vous… NOUS AUSSI.

Comme toujours on pourra regretter le son de Bercy, mais ne nous y trompons pas le concert était lui gigantesque et restera dans les annales de mes lives préférés!!

METALLICA RULES, METAL RULES…

Par fremen10


~ par bioprof sur avril 2, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :