Passage à l’heure d’Ubuntu version 9.10

karmic_koala

Ami(e)s geeks et geekettes en tout genre je vous poke, twit, mail, pm et autres déclinaisons physiquement virtuelles…

Hier soir j’ai décidé de franchir le ravin qui me séparait de la communauté des Ubunteros avertis en mettant à jour ma version 9.04 (The Jaunty Jackalope) vers la version 9.10 (Karmic Koala) encore toute chaude, d’Ubuntu, système GNU/Linux. Pour ceux qui auraient déjà navigué sur les eaux troubles de ce blog ils pourraient être étonné de cette déclaration sachant que j’utilise ce système d’exploitation libre (et gratuit qui plus est) de façon régulière depuis la version 7.04  (soit avril 2007) encore présente sur mon portable.

« Quelle est donc la différence? » me direz-vous alors. Et bien la différence c’est que cette fois nul besoin de récupérer l’image iso d’Ubuntu pour la graver sur un CD et se taper la réinstallation complète du système d’exploitation. Non, non, non, cette fois je suis passé par le gestionnaire de mises à jour du système. C’est d’ailleurs assez simple de réaliser cette manœuvre car il suffit d’aller dans le menu Système>Administration>Gestionnaire de mises à jour, de cliquer et il vous est immédiatement proposé de mettre à jour vers la version 9.10. « Pourquoi ne pas l’avoir fait plutôt si c’est si simple alors? » surenchérirez vous. Le fait est qu’il faut environ 4 heures de téléchargement pour préparer la mise à jour et récupérer tous les paquets nécessaires, il faut donc une très bonne connexion internet et un ordinateur qui ne soit pas un tantinet taquin avec son détenteur en s’éteignant et se rallumant selon son humeur (saloperie va!). Ayant depuis peu acquit une merveilleuse machine m’assurant de sa fiabilité et de sa fidélité je me suis donc risqué à cet update en ligne.

Il est évident qu’il n’y a pas besoin de rester 4 heures devant votre ordinateur durant le rapatriement des données et vous pouvez donc vaquer à vos occupations qui peuvent être ma fois très différentes selon l’heure du crime. Ah bah non, le téléchargement d’un logiciel ou d’un système d’exploitation libre n’est pas encore un crime répressible. Enfin toujours est-il qu’une fois ce délai écoulé et vos méfaits réalisés (soient-ils les plus sensuels possibles) il faut revenir à la machine pour vérifier que le système reboot (redémarre) pour finir l’installation.

Mon ordinateur supporte deux systèmes d’exploitation et donc la présence d’un dual boot (écran de présentation permettant de choisir l’OS), celui-ci est intact à la différence que j’ai désormais à faire à un noyau debian 2-6-31 (c’est juste pour le plaisir de le dire). Je choisis donc de booter sur Ubuntu. Là un magnifique splash screen de couleur chocolatée s’affiche donnant une immédiate envie d’y goûter (euh je perds les pédales).

Splash Screen

Cela prend à peine quelques secondes avant que s’affiche un autre écran permettant de choisir son profil utilisateur (nouveauté) pour n’avoir qu’à taper son mot de passe. Il est à noter qu’il est possible de démarrer par défaut la session sous l’environnement graphique Gnome mais qu’il est également possible de choisir KDE si vous l’avez installé. Le temps de chargement est très rapide : entre 5 et 7 secondes environ.

Là je retrouve avec plaisir l’agencement de mon bureau (la disposition de mes deux tableaux de bord) à l’exception de mes icônes qui ont d’ailleurs été modifiées. Le fond d’écran est le même, les effets 3D du bureau (flammes et autres animations) sont activés, le cube également (permettant d’accéder à plusieurs bureaux virtuels). Je lance dans un premier temps firefox constatant la mise à jour du navigateur et des extensions au préalable installées. Je n’aurais juste qu’à mettre à jour illimitux (permettant de regarder ses séries préférées sans limite de temps sur megavideo). Je vais faire un tour du coté du menu application. Les logiciels précédemment installés sur la version 9.04 sont tous là.

Pour la musique : Exaile et Rythmbox. Les deux peuvent renvoyer des informations vers lastfm et rythmbox permet d’avoir accès à l’intégralité des artites et morceaux présents sur Jamendo cet excellent site de musique libre.

Pour la vidéo : Totem, Mplayer, VLC avec les codecs nécessaires à la bonne lecture des vidéos (Gstreamer)

Pour la bureautique : Open office 3.1 et un lecteur de PDF basique.

Pour internet : Firefox 3.5, un client Bittorent, Amsn, Pidgin, AKgregator (permet de regrouper les fils RSS), et Komposer pour tâter du code html.

C’est plutôt rassurant quand vous retrouvez vos marques.

Il y a quelques nouveautés sur cette nouvelle mouture telle que UBUNTU ONE qui est un service de stockage en ligne gratuit de 2 Go pour sauvegarder et/ou partager ses documents. Il est également possible d’avoir un accès facilité à la nouvelle logithèque d’Ubuntu contenant quelques 2000 logiciels dont 450 jeux. J’en ai d’ailleurs profité pour mettre adblock plus et m’installer un dock se nommant « Avant Window Navigator » et bien utile pour améliorer l’accès à ses disque (entre autres) sans encombrer son bureau d’icônes.

awn

En parlant de disque il est d’ailleurs possible d’y accéder facilement en allant dans Raccourci. Il vous suffit de cliquer sur le disque dur (HDD) correspondant et une invite de commande s’affiche vous demandant votre mot de passe empêchant ainsi l’accès à qui n’aurait pas la permission (ça c’est du soucis de sécurité). L’outil Gparted permettant de partitionner et de redimensionner les disques est également accessible dans le menu Système>Administration>Gparted et requiert également de taper son mot de passe évitant à n’importe qui de faire des bêtises.

Ceci dit une installation ne serait pas une vraie installation s’il n’y avait pas quelques problèmes. Mon principal problème a concerné la lecture de Fichiers Vidéos de tout format (Divx, Xvid, H264 dans des containers Avi ou MKV) qui présentaient des couleurs vertes et mauves à la lecture. J’ai donc tout désinstallé, les lecteurs vidéos et les codecs et tout réinstallé cela ne prenant qu’une dizaine de minute maximum. Je relance et là ôh stupeur toujours le même problème je vais faire un tour du coté des réglages de totem et touche le curseur teinte et retrouve une image normale (saloperie).

Tout ça pour dire que Microsoft sort Windows 7 alors que GNU/Linux continu son bonhomme de chemin et que la distribution Ubuntu en rend l’interface utilisateur encore plus agréable, les mises à jour et le téléchargement des applications plus faciles, et en conservant la sécurité de façon non intrusive.Un ubunteros canvaincu!

Par Fremen10

~ par bioprof sur octobre 30, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :