Coté Metal début 2010

Ami(e)s metalleux (ses).

Comme souvent, les médias ont du mal à se faire le relais des poids lourd du style ou des petits nouveaux qui vous ravissent les cages à miel… et comme moi vous trouvez ça bien malheureux. Heureusement tel le chevalier blanc pourfendeur des injustices je viens et je vole sur mon fidèle destrier, Pégase serait son nom, pour remettre de l’ordre dans la baraque!!

Avides de riffs et de soli se propageant dans les airs pour rudoyer votre douce membrane tympanique vous ne voulez plus vous retenir de sombrer dans un gouffre où le mur sonore vous porterait jusqu’à l’extase. Je me propose donc de jeter de l’huile sur le feu de l’enfer en commençant aux bases du genre : LE HEAVY METAL en parlant d’un groupe récent nommé Heaven and Hell dans lequel on retrouve les anciens de Black Sabbath (Dio et Tony Iommi entre autres) pour un album intitulé The devil you Know.

Quelques fois il est intéressant d’écouter les sexagénaires nous rappeler ce que sont les bases d’une musique saine et vénérable et c’est encore plus appréciable quand comme moi vous avez la chance de profiter de cette mise au point en live. L’album studio est très bon et on retrouve toutes les facettes de cette musique (coté sombre, épique… parfois désespéré) et le live leur donne toute la dimension qu’il convient grâce à un son cristallin et à un chanteur hors norme qui n’a rien perdu de sa splendeur.

Du coté du rejeton énervé, j’ai nommé le THRASH METAL vous me direz que Metallica est revenu en force en 2008 avec l’album Death Magnetic qui représentait une synthèse forte acceptable de ce qu’ils avaient pu produire de mieux, mais en moins bien… ben oui c’est comme ça. Il n’empêche que l’album s’écoute peu souvent mais reste agréable et que le Live était un véritable show à l’américaine et qu’il m’avait satisfait au plus haut point. Comme à l’habitude la tête pensante de Megadeth, Dave Mustain, ne pouvait se résoudre à laisser son principal rival prendre une coudée d’avance et s’évertuera à sortir fin 2009 l’album Endgame renouant avec ses origines. Les thrasheux nostalgiques du bon vieux temps seront saisi par l’avalanche de riffs et de soli se déferlant à qui mieux mieux. Mais… car il y a un mais, il n’aura échappé à personne qu’il s’agit dans la plupart des cas d’une resucée de riffs pondus dans les albums précédents et que ça s’enchaine souvent sans articulation, le but étant évidemment d’en mettre plein la figure. Alors oui Megadeth revient et fout le bordel, oui Megadeth refait du thrash apocalyptique mais soyons sérieux ils tournent en rond et n’apportent que peu de fraicheur au style. Le style est moribond me direz-vous enclin à la larmichette, il n’y a plus de groupes susceptibles de raviver la flamme même Slayer s’est mis à faire de la bouse.
Que nenni l’ami j’ai deux petites perles qui raviront les aficionados du genre… :

  • un groupe américain ayant vu le jour dans la « bay area » à la même époque que les big four du thrash et n’ayant pas connu le succès escompté j’ai nommé Heathen qui avec leur album The evolution of chaos reprennent là où Metallica s’était arrêté en plein dans le thrash à tendance prog’. Pas de chichi, c’est du thrash, ça bastonne mais c’est mélodique, bien fouillé et torturé à souhait. Les titres sont longs et quelques morceaux auront tendance à vous rappeler des morceaux de Master of Puppets mais le talent est bien là, les compositions sont recherchées et le plaisir est au rendez-vous. La voix n’est pas agressive et ravira les allergiques au chant de Tom Araya (Frontman de Slayer) .
  • Un groupe canadien du nom d’Annihilator avec leur album du même nom. Non ce ne sont pas des petits jeunes mais ils ont le mérite de dépoussiérer tout ça et même le fond des oreilles. Annihilator est sauvage et les multiples influences jusqu’au chant agressif rappelant Slayer, ravira les plus hargneux d’entre vous. Les soli de guitare explosent littéralement et le tout déroule à 100 à l’heure. C’est primaire sans être primitif, c’est efficace sans être facile, c’est rageur sans vous faire fuir c’est tout bon, que dis-je c’est énorme.  L’album sort le 17 Mai 2010 et je ne peux que le conseiller.

Du coté du Rock/Metal progressif on peut dire que seul quelques groupes tiennent la dragée haute même si parfois la complexité semble être un frein pour qu’ils soient appréciés à leur juste valeur. Deux groupes me viennent immédiatement à l’esprit :

  • Riverside avec l’album Anno Domini High Definition que j’ai eu la chance de voir en live à la Loco avant qu’elle ferme et qui nous a délivré un des meilleurs concerts de l’année 2009. L’album est riche de mélancolie et vous transporte au plus profond de vous même. On se laisse guider par le clavier puis les lignes de basse deviennent un régal à suivre jusqu’à se perdre. Aucune agressivité ici, tout est dans l’invitation… à vous de l’accepter ou de la refuser.
  • Porcupine tree avec l’album The incident nous livre ce que beaucoup qualifieront de pavé indigeste et qui nécessite effectivement une bonne dizaine d’écoutes pour s’en imprégner et se laisser plonger dans l’amertume, le désarroi, la révolte de Steve Wilson face à notre société actuelle. L’album oscille entre la lourdeur des riffs et les atmosphères Floydiennes et joue donc fortement sur les contrastes. Je conseille vivement cet album et les précédents.
  • A ces deux groupes on pourrait rajouter Devin Townsend et The Devin Townsend Project qui a prévu une quadrilogie entre 2009 et 2010 sous cette dernière appellation Le second album de cette quadrilogie et le dernier en date s’intitule Addicted!! et est un mélange de Metal/Indus et de Pop et se caractérise comme une sorte d’OVNI musicale ou encore OMNI (objet musicale non identifié).

Dans les genres bâtards par excellence issus de l’addition des influences on trouve le SLUDGE sorte de Metal progressif vaseux (excusez moi du terme) mais non moins exceptionnel. Je vous ai gardé trois petites perles :

  • Mastodon et l’album Crack the skye qui envoie sérieusement du bois. Les gars ne lésinent pas sur les break, variations de rythme, les envolées guitaristiques ou encore les riffs plombés à vous clouer au sol. Il se dégage une puissance assez incroyable de leur musique qui est fortement communicative. En plus d’avoir pondu un album monstrueux, ils ont envoyés grave au Graspop de 2009. Une musique emprunte de lourdeur et de légèreté qui entraine chez le mâle un regain de virilité.
  • Giant Squid et leur album The Ichthyologist. L’ambiance est putride et la musique envoutante, le violon délivre des notes légèrement distordues alors que la voix masculine semble se lamenter. La voix féminine apporte la note éthérée qu’il manquait pour nous plonger dans l’effroi. La guitare intervient à bon escient et n’est absolument pas le point d’articulation des morceaux. Sans doute la basse qui alourdit le tout ou le banjo venant nous rappeler le bayou en sont ils responsables. La voix du chanteur vous rappellera c’est certain celle de Serj Tankian, chanteur de System of a Down. Un drôle de voyage s’offre à vous dans les marais mazoutés de la Louisianne.
  • Baroness et l’album Blue Record viennent nous délivrer une musique mêlant Sludge et Stoner le tout monté un brin en épingle sur un rythme épique. C’est la scène montante underground qui soudain surgit et nous fait profiter des talents qu’elle regorge.

Du coté de l’avant-garde Metal on trouve un pilier et un groupe montant :

  • Le pilier se nomme maudlin of the well et vous offre son dernier album Part The Second en téléchargement libre et gratuit.
  • Le groupe montant se nomme Diablo Swing Orchestra et l’album qui arrache tout Sing-Along Songs For The Damned & Delirious et se répand dans un Metal affublé de jazz manouche ou des années 30, de musique hispanisante, classique voir horrifique. C’est juste complètement fou et foutrement rafraichissant pour ne pas dire exotique.

Du coté du Metal français on trouve Gojira qui officie dans un death metal prog très spécifique et qui cartonne outre-atlantique mais également deux autres formations qui valent vraiment la peine d’être connues:

  • Kalisia qui avec Cybion a sorti l’abum monstre de death mélodique (parfois plus prog que melo à mon goût) véritable concept album ayant même nécessité l’invention d’une langue pour l’occasion (Le Kal). Bien évidemment c’est ultra-violent pour ceux qui n’ont pas l’habitude d’écouter ce genre de musique et je n’en conseille dans ces cas là absolument pas l’écoute ou alors c’est à vos risques et périls.
  • Alcest qui officie dans un style Black/shoegaze et qui avec Souvenirs d’un autre monde (2007) et Écailles de lune (2010) a déjà gagné toutes ses lettres de noblesse. Une musique riche de nostalgie et de mélancolie par laquelle on se laisse emporter.

Du coté du cousin j’ai nommé le Hard Rock deux petits nouveaux :

  • Un australien dans la tradition de AC/DC nommé Airbourne. La différence se trouve dans la quantité de testostérone synthétisée par le second groupe. Y’a rien d’ébouriffant dans le style si ce n’est l’énergie développée alors rien que pour ça c’était bien d’en parler.
  • Un norvégien nommé Audrey Horne dont les membres sont plutôt issus de la scène black métal (sauf le chanteur officiant du coté du hardcore). Le style est beaucoup plus varié et original que le précédent et mériterait bien plus d’attention.

Bonne écoute et bonnes découvertes.

Par Fremen10

~ par bioprof sur mai 5, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :