Un web documentaire qui se veut libre.

noesunacrisis_LOGO_footerpartenaires_plat_m

Chères lectrices et chers lecteurs,

Je fais mon retour avec No Es Una Crisis, un excellent documentaire de Fabien Benoit et Julien Malassigné traitant de la situation politique et économique en Espagne dans le sillage du mouvement des Indignés.

L’intérêt de ce web-documentaire tourne autour du fait qu’il balaye tous les aspects de la « crise de 2008 » et de ses conséquences et nous invite à écouter des points de vue contradictoires et souvent dissonants de ce que vous avez l’habitude d’entendre.

« No es una crisis » propose une plate-forme interactive dont les quartiers de Madrid, aux noms évocateurs, sont le fil conducteur. Le quartier « mirage » confronte l’illusion du boom immobilier à une réalité où plus de 500.000 personnes, insolvables face à leurs crédits des banques, ont été expropriées depuis 2007.

Échappons nous à Valdeluz, ville aux gages futuristes et paradisiaques qui n’est aujourd’hui qu’un désert en béton abritant quelques centaines de familles et quasiment coupée du reste de l’Espagne. Cette ville, c’est le mirage espagnol, le mirage immobilier.

Écoutez cette vieille femme haranguer les citadins qui s’attardent distraitement devant le campement de « caja Madrid » et qui les enjoint à signer les pétitions contre les expulsions.

Prêtez l’oreille à ce que disent les journalistes qui tentent de dénoncer la situation ou plus simplement de faire leur travail. Il me semble que leurs propos font échos à ce que de plus en plus, en France, nous mettons en avant sur la classe politique et le monde médiatique. Le but n’est pas d’être parano mais bien de comprendre comment se font les rapprochements, quels sont les points d’achoppement de ces processus de convergence entre médias, politiques et grands groupes (industriels .. ou pas.).

L’autre intérêt de ce web-documentaire est qu’il est diffusé sous licence Creative Commons BY-SA, c’est à dire que les images, les sons et les sous-titres, sont réutilisables librement à condition de citer les auteurs et de conserver les œuvres dérivées sous la même licence.

Autant dire que les journalistes ont fait ici d’une pierre deux coups. Les puristes me feront remarquer que ce web-documentaire est sous flash, et donc sous un format propriétaire fermé. Qu’à cela ne tienne, les auteurs ont décidé de libérer totalement leur travail en faisant appel à la communauté (voir cet article [FR]).

Que ce soit au travers du fond ou de la forme, ce qu’il faut retenir c’est l’esprit combatif qu’il faut avoir, le fait de ne pas vouloir se résigner et de trouver des solutions.

Si nous voulons un autre futur il faudra bien que les peuples finissent par se prendre en main. Partout le modèle s’essouffle, partout ce sont les mêmes symptômes et partout une grogne qui monte. Il faut en faire une énergie positive et la canaliser pour produire le monde dans lequel nous voulons vivre et plus dans celui qu’on nous impose ! Cela nécessite une prise de conscience globale et un investissement de chacun.

Where there is a will there is a way !

Par Fremen10

~ par bioprof sur novembre 21, 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :