L’espèce humaine face à une urgence.

Au crépuscule de l'espèce humaine ...

Au crépuscule de l’espèce humaine …

Salut à toi arpenteur du web, agriculteur bio, blablateur polyglotte, ou décideur politique (ici échoué),

C’est alors que le 5ème rapport du GIEC vient d’être publié sur les trois volets du réchauffement climatique (les causes physiques du réchauffement global, la vulnérabilité des écosystèmes et des systèmes socio-économiques et enfin les moyens de prévention et d’atténuation des effets du réchauffement climatique) et que la NASA s’inquiète d’un effondrement probable des sociétés industrielles que je te propose de comprendre simplement pourquoi notre système n’est plus viable.

Dans un premier temps, il est nécessaire de faire un tour d’horizon de l’ensemble des problématiques auxquelles l’humanité a à faire face si elle veut perdurer.

C’est ce que ce propose de faire  le film d’animation « Sans Lendemain », réalisé par Dermot O’Connor et produit par Incubate Pictures. Il aborde, de façon très pédagogique et accessible à tous, toute une série de problématiques liées à la croissance de notre système économique. Le réalisateur américain Dermot O’ Connor analyse de façon très pointue notre façon de consommer et synthétise les données sur les ressources énergétiques.

Ce film permet de mettre facilement en évidence la limitation des ressources fossiles et autres dans un monde fini, l’inanité du système économique actuel et le problème d’une population sans cesse croissante.

Une fois que l’on a vu cette petite vidéo il est évident qu’on ne peut rester insensible. On peut soit nier le constat qui est fait soit l’accepter et se demander comment est-il possible de changer tout ça. Et c’est d’autant plus difficile que nous devons de concert lutter contre le réchauffement global (les différents indicateurs pour les quelques sceptiques qui existeraient encore) et modifier nos sociétés en profondeur (l’un pouvant très bien s’accorder avec l’autre).

C’est dans ce cadre précis qu’il y a besoin de l’expertise d’énergéticien et je dirai même plus de personnes ayant une vision globale des systèmes complexes.

Dans sa conférence, Jean-Marc Jancovici met en évidence les problèmes de la double contrainte carbonée à laquelle nous devons faire face :

1 – Le relâchement de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.
2 – La dépendance de nos économies au charbon, au gaz et au pétrole surtout.

En ce qui me concerne je peux donner des pistes de réflexion sur la façon de faire face à ces problématiques.

  1. Consommer avec raison : Il faut moins consommer (que ce soit de la nourriture ou des biens) et consommer des produits ayant une plus longue durée de vie et utilisant moins d’énergie.
  2. Consommation de proximité : Il faut privilégier les circuits courts qui sont moins consommateurs de carburant et donc d’énergie.
  3. Production de proximité : Le point -2- implique une relocalisation des industries et d’une grande partie de l’agriculture.
  4. Maitrise de l’impact sur l’environnement : Ce sera évidemment une source de pollutions (industrielles et agricoles) et il faudra donc les soumettre à des lois très strictes les obligeant à produire de l’énergie (solaire, géothermique ou éolienne) par leurs propres moyens. Cela implique également  de sortir de l’agriculture intensive et de produire de façon plus écosystémique.
  5. Redéploiement des populations : La conséquence de tout cela sera un redéploiement géographique de l’ensemble sur la France et sur les autres pays permettant une meilleure répartition des populations et un épuisement moindre des sols, des nappes phréatiques et des ressources à la condition irrévocable de …
  6. Maitriser la population (mondiale) : Permettre la décroissance des populations en arrêtant les politiques natalistes et en subventionnant par exemple les deux premiers enfants dans une famille mais ne fournissant aucune aide financière dans le cas d’une liberté de choix assumée d’avoir un autre enfant. Cela entrainera inévitablement des réformes structurelles comme celle du financement des retraites en France.
  7. Il faut sortir de l’économie carbonée : Le point -3- obligeant les industriels à produire leur énergie avec des énergies renouvelables est un moyen de faire abaisser les coûts de production pour les particuliers qui pourront alors avoir accès plus facilement à ce genre d’équipements. Il est alors possible d’imaginer une production énergétique décentralisée et gérée par le système de smart grid. Sortir du nucléaire n’est pas envisageable pour l’instant ce qui ne doit pas empêcher de réfléchir à un moyen futur de remplacer nos centrales par des centrales utilisant les déchets (concerne les pays ayant des déchets en très grande quantité comme la France) d’une part ou d’autres centrales utilisant du Thorium (concernerait l’Inde par exemple).
  8. Séquestration du dioxyde de carbone : Il faut évidemment séquestrer le dioxyde de carbone de l’air en le réinjectant dans les nappes vidées de leur pétrole ou de leur gaz (cela nécessite de la recherche et du développement) et de reboiser de façon importante avec les essences appropriées pour que le dioxyde de carbone soit naturellement séquestré par les forêts.
  9. Maintient de la biodiversité : Cela permettra de redonner des espaces de vie à de nombreuses espèces en voie de disparition et de limiter l’acidification des océans qui nuit à la reproduction des poissons et à la bio-formation de carbonate de calcium (pour les coquilles) autrement appelé calcaire !

Bonne réflexion et bon week-end.

Par fremen10

~ par bioprof sur avril 19, 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :